( 14 avril, 2009 )

HYMNE A FEERIE

Féerie,

Royaume de mon inconscient…

Toi où mes démons sont enterrés, où mes plus beaux instants passés, présents et à venir s’entremêlent gaiement, sublimés par leur danse dans ton vent enchanté.

Oh Féerie !

J’ai toujours senti que tu étais en moi, mais comme j’ai eu du mal à le comprendre…

Du mal, et du temps aussi.

Mais du temps tu n’en as que faire ! Toi chez qui il n’existe pas.

Suspendues dans l’éternité, j’entends chanter tes Demoiselle jouissant de leur jeunesse sans fin. Ma source de jouvance, mon refuge, toi qui me connais mieux que je ne me connais moi-même, ma rivière de délices d’où surgissent et où se noient tous mes fantasmes, où mes muses chantent et dansent dans tes prairies ensoleillées.

Ma Terre de vie, d’où sortent toutes mes inspirations qui aiment à y voler et s’y cacher. Mon Onde pure, mon Espoir Eternel, je te sens brûlant en moi. Tu m’apaises, m’envahis, tu es là…

D’où ce sourir que je sens soudain se dessiner sur mes lèvres…

 

Pas de commentaires à “ HYMNE A FEERIE ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|